Stage Farouk Benouali & Léo Tamaki: Recherche, Partage & Amitié

Publié le 22 Octobre 2014

Ces dernières années, le stage donné au début de l’Automne par Farouk Benouali & Léo Tamaki à Lyon, au "Dojo du grand cèdre", est en quelque sorte mon stage de rentrée.

L’Été m'ayant tenu plus proche de la terre et du raisin que des tatamis, c'est donc un peu rouillé que je remettais le hakama mais comme à chaque fois lorsque que je me retrouve dans un dojo, les blessures et les doutes disparaissent, je m'immerge à 100% dans la pratique et tente de profiter de chaque instant.

Les stages de Lyon de Farouk Benouali ont comme particularité d’être des formats "2 en1" car dans un souci d’ouverture et de partage, ce dernier a pris l'habitude d'inviter régulièrement d'autres enseignants tels que : Léo Tamaki mais aussi Issei Tamaki ou Tanguy Levourc'h, avec lesquels il partage les 9h d’entrainement du week-end.

Comme d'habitude, je laisserai la description précise des techniques abordées à ceux qui savent faire cela, je n'ai ni le goût ni le talent, pas plus que la compétence pour cette exercice et je sais que Simon, le scribe martial grenoblois, fera cela à la perfection n’hésitez pas à aller lire ses comptes-rendus de stages, son œuvre de mémoire est un outil très utile pour le travail solitaire qui découle d'un w-e d’entraînement. Dans un style épuré et efficace il cède la place aux faits et livre le déroulement des heures passées à pratiquer. Il est en plus un partenaire de qualité que je vous encourage à croiser.

Farouk Benouali & Léo Tamaki, une Voie, deux marcheurs (Photo Shizuka Tamaki)

Farouk Benouali & Léo Tamaki, une Voie, deux marcheurs (Photo Shizuka Tamaki)

J'ai connu Farouk à l’époque ou je pratiquais l'iaïdo et le kenjutsu au sein de la FEI (Fédération Européenne d'Iaïdo).

Le connaître était un bien grand mot, je le connaissais... de vue, le côtoyais au stage annuel de Genève. Durant le week-end d’entrainement orchestré par Pascal Krieger, Malcolm Tiki Shewan, Dominique Pierre, Daniel Leclerc et Jaff Radji.

Stage annuel de la FEI (Fédération Européenne d'Iaïdo) à Genève.

Stage annuel de la FEI (Fédération Européenne d'Iaïdo) à Genève.

Les ateliers étant organisés par groupes de niveaux je ne pratiquais donc pas directement avec Farouk. Mais je me souviens très bien de lui.

Parfois lors des stages certains pratiquants se démarquent sans se faire pour autant remarquer. C'est le cas de Farouk.

Farouk Benouali

Farouk Benouali

Personnage discret malgré sa carrure, j'ai toujours été admiratif de l’élégance qui caractérisait sa pratique du sabre et son kenjutsu manifestait une puissance bien différente des casseurs de bokuto que l'on croise souvent dans ce milieu. Bref en tant que iaïdoka cette façon de pratiquer était ce vers quoi je voulais tendre.

(Photo de Julien Malabry)

(Photo de Julien Malabry)

Les années ont passés les choix de pratiques m'ont fait prendre d'autres chemins mais la Voie est bien faite puisque je croise à nouveau celui de Farouk Benouali.

J'ai remarqué il y a peu de temps une particularité commune parmi ceux dont la pratique me parle : L’ÉVOLUTION.

Cette capacité à se remettre en question, à ne pas se satisfaire de ce que que l'on sait faire ou que l'on croit savoir faire.

J'ai déjà dit toute l'estime que j'avais pour Léo Tamaki et j'aurai sans doute d'autres occasions d'aborder la pratique de l’école Kishinkaï Aïkido, dont l’élan trouve justement son origine dans l'exigence de la recherche et la cohérence dans la diversité.

Je me plais à contempler chez Farouk cette même dynamique. A mon niveau, il est très motivant de voir ceux en qui l'on confie sa progression, être dans un processus de création et non de préservation d’acquis poussiéreux.

Sur internet on peut lire que Farouk Benouali est :

- 4 ème Dan d’Aïkido Shidoïn Aïkikaï (Aïkikaï de Tokyo),

- Shoden de Iaïdo Muso Shinden Ryu titre d’enseignement : équivalent 3 ème - 4 ème dan de la Fédération Européenne d’Iaïdo,

- 3 ème Dan de Iaïjutsu Jun Shidoin (titre d’enseignement) (Ecole Ryushin Shochi Ryu)

Mais Farouk est aussi un pratiquant au sens premier du terme qui place sa pratique au cœur d'une recherche, qu'il enrichit, par exemple, en allant à la rencontre de l’enseignement d'Hino senseï lors des stages donnés en France.

Recherche & enrichissement avec Hino senseï... (photo Shizuka Tamaki)
Recherche & enrichissement avec Hino senseï... (photo Shizuka Tamaki)

Recherche & enrichissement avec Hino senseï... (photo Shizuka Tamaki)

C'est dans cet esprit que s'est donc déroulé mi-Octobre le quatrième stage donné par Farouk Benouali en commun avec Léo Tamaki.

Un duo au sens musical du terme, chacun venant avec son "style", livrant pourtant un enseignement cohérent du cœur de l’aïkido et du budō.

Alternant travail aux armes (bokuto principalement) et à mains nues, insistant sur la légèreté, les qualités de relâchement, la précision des placements et du timing.

Une importance fut donnée également au travail de sensibilité à travers des exercices très fins sur la perception de l’intention et la connexion avec le partenaire.

Une étude de maki otoshi, (technique où le sabre enveloppe et chasse en un seul mouvement le sabre du partenaire) permit entre autres d’approfondir ces principes. Pointant les exigences d'un geste simple, épuré et pourtant incisif. Les mêmes principes furent soulignés dans le travail à mains nues et selon des angles de recherche propre à chacun.

Un véritable stage d'étude où l’écoute, l'attention et l’engagement avec le partenaire furent privilégiés afin d’éviter l’écueil du concours de techniques qui n'aboutit qu'à produire une pratique frustrée où l'on bloque par principe ou laisse passer par pure convention.

Légèreté et Relâchement
Légèreté et Relâchement

Légèreté et Relâchement

Quelque soit le niveau, le courant ou la discipline des participants, tout au long du stage, Farouk & Léo accordèrent une attention bienveillante à chacun.

Précision & Bienveillance
Précision & Bienveillance
Précision & Bienveillance
Précision & Bienveillance

Précision & Bienveillance

Encore un stage d’automne réussi durant lequel Farouk et Léo manifestèrent ce que veut dire "Être en Harmonie" sur le tatami et au delà...

Tout en sauvegardant la rigueur de la pratique, ils réussissent à faire preuve d’ouverture par le biais de l'amitié et de la passion pour le budō qui les anime.

Car ce sont les hommes qui font la pratique, tout autant que la pratique façonne les hommes.

Je ne peux que vous encourager à participer aux stages donnés par ces gentlemen.

Merci pour ce moment ;)

Merci pour ce moment ;)

Rédigé par Remi Samouillé

Publié dans #BUDO, #PORTRAIT

Repost 0
Commenter cet article

coco 07/11/2014 14:40

jaime bien la dernière photo ça fait très "brigade du tigre" mais sans collants. et merci pr le stage.