Chevaucher le "Cheval de vent" une résolution en ce nouvel an du "Cheval de bois"

Publié le 3 Janvier 2014

Dans le dernier article de Budo no Nayami, Léo Tamaki écrit que bien que n’étant pas adepte des Zodiaques il " aime à connaître les tendances décrites par le zodiaque chinois, j'y trouve parfois une source d'inspiration ou un encouragement aux directions que je choisis, et aux objectifs que je me fixe. "

A la lecture, je me suis reconnu un penchant commun dans cette confession.

Je n'ai jamais été très intéressé et ne suis, du coup, pas très compétent en matière de zodiaques. Si je ne me jette pas sur les horoscopes des magasines, je reconnais cependant avoir la curiosité une fois l'an de connaitre l'animal qui est sensé être le totem de l'année.

J'aime à croire que cette curiosité est comme un réflexe primitif, une partie profonde de ma cervelle tentant de renouer avec l'héritage du regard attentif des chasseurs-cueilleurs porté sur la symbolique de leur monde, des animaux et de leurs attributs.

Notre quotidien, de plus en plus coupé du rapport a ce que nous appelons de manière globale la Nature, ne peut, il me semble, que se trouver enrichi de légères touches de ces ancestrales symboliques inspirantes.

Cheval de Lascaux

Cheval de Lascaux

Pour revenir à nos moutons ou plus précisément a notre équidé, puisque 2014 se présente selon le zodiaque chinois sous l’égide du Cheval... (de bois)

Cette annonce ne m'inspira guère sur le moment car à l’exception de ses multiples représentations artistiques, le cheval ne se trouve pas au sommet de mon bestiaire personnel.

Le Cheval de Fernando Botero exposé Porte de Brandebourg à Berlin

Le Cheval de Fernando Botero exposé Porte de Brandebourg à Berlin

Mais des images me sont rapidement venues en tête redorant le blason du pauvre canasson. Tout d'abord celle du cheval de Troie balayée aussitôt par celle du cheval de vent (Lung-ta). Si je n'y connais rien en astrologie chinoise, je suis un peu plus familier des symboles dans la tradition des hautes solitudes herbeuses (comme Alexandra David Néel aimait appeler son cher Thibet (sic).)

Le Cheval de vent est une créature mythique tibétaine pré-bouddhiste, combinant la vitesse du vent et la force du cheval pour porter les prières de la terre vers les cieux par le biais de drapeaux de prières. Ce qui n'est pas surprenant dans ces régions où le cheval était un compagnon indispensable des nomades du Tibet s’adonnant a ces rituels.

Lung-Ta (Cheval de vent)

Lung-Ta (Cheval de vent)

Au delà du caractère propre aux coutumes Himalayennes, je crois que chacun de nous peut, puisqu’il connait les qualités du Vent et du Cheval, s'approprier ce symbole et y trouver de quoi nourrir son quotidien.

Chögyam Trungpa (dont j'aurai sans doute l'occasion de reparler) dans les années 70, s'est essayé à cet exercice. Il propose de s'appuyer sur l'image symbolique du Cheval de vent comme " moyen de chevaucher notre vie, de la conquérir "

Voila une allégorie qui me semble appropriée pour entamer cette année et j’espère être à la hauteur de cette ambition.

Le Cheval de vent est aussi décrit comme " symbole d’énergie motrice " et l’article Mettre de la vie dans nos rêves résonne à lui seul de cette énergie motrice. Il y a parfois des personnes sur le chemin qui donne un sens à la direction qui vous avez eu l'intuition de suivre et Léo Tamaki en fait partie, il annonce entre autre de manière non exhaustive que, outres les différents stages, son année est d'ors et déjà jalonnée de grand rendez-vous tels que:

  • La finalisation de la structure du Kishinkaï,
  • Son premier stage international, le KishinTaïkaï du 26 au 30 mai,
  • AïkiTaïkaï les 31 mai et 1er juin,
  • la 8ème Nuit des Arts Martiaux Traditionnels le 31 mai au prestigieux Théâtre de la Madeleine,
  • Etc...

Je ne peux ni ne veux présager où tout cela mènera, si le chemin semble accidenté, l'horizon est à coup sûr immense, je lui renvoie ses propres mots lorsqu’il écrivait " La valeur d'une école ne se mesure pas à sa célébrité ou à son nombre de pratiquants, mais au niveau de ses adeptes. " ayant croisé quelques-un des adeptes du Kishinkai, élèves et enseignants, je n'ai plus à être convaincu de la valeur de cet élan !

Ce tourbillon d’énergie, de rêves, nous entraîne dans son vortex, agit comme un carburant, c'est en tout cas mon ressenti et je compte essayer de chevaucher à mon humble niveau dans ce sens du vent.

Dessin de Hiroshi Hirata

Dessin de Hiroshi Hirata

Pascal Krieger citant Sénèque a calligraphié un jour une formule qui résonne à merveille avec ce que j'ai voulu partager ici:

Il n'y a pas de vent défavorable pour celui qui sait où il va

Alors... EN SELLE !

Issu du spectacle de Bartabas "Darshan"

Issu du spectacle de Bartabas "Darshan"

Rédigé par Remi Samouillé

Publié dans #BUDO & BOUTS D'ARTS !

Repost 0
Commenter cet article

gustavtavu 13/01/2014 14:46

bonjour ronin,
suite a ton article jsuis allez voir les astres et m'ont dit que mon dernier-né serait une sorte de psychopathe (serpent) aussi je ne te remercie pas !
et sinon est ce que le sieur tamaki marche sur l'eau, transforme cette dernière en pi et multiplie les pains ? jme doute ben qu'oui hein, tavu.
cdlt.

Remi Samouillé 13/01/2014 15:29

Bonjour Gustav,
Pour les astres comme je l'ai écrit c'est plus le symbole que l'astrologie qui me parle ;)
Et le serpent c'est sympa surtout en Asie
Pour le capacités de Léo Tamaki je t'encourage a aller tester en direct en stage sa manière de multiplier les pains ;)
Amicalement
:)